Julien Parra et ses instincts

un six-fournais auteur de BD

Julien Parra

Malgré son look à la Johnny Depp dont la Vanessa Paradis viendrait du pays des mangas, Julien Parra est un six-fournais, très à l'aise dans son univers. Dès son plus jeune âge il avait deux certitudes, il serait dessinateur de BD et il serait enseignant. Il ne faut donc pas s'étonner si on le retrouve aujourd'hui auteur de bande dessinée sous contrat avec les éditions Emmanuel Proust, et si il nous reçoit dans son atelier organisé pour enseigner son art à 30 élèves chaque semaine.

Présent à Angoulême

Vous avez publié deux albums de BD "3 INSTINCTS" et plus récemment "CHAMBRE A2" que vous présenterez à Angoulême, est-ce facile quand on habite Six-Fours de trouver un éditeur?
J. Parra : Je ne connaissais personne lorsque j'ai participé à un "speed booking", j'y ai rencontré plusieurs éditeurs dont Emmanuel Proust qui s'est montré intéressé par ma démarche et avec qui j'ai signé un contrat.

L'atelier parralèle

Comment définissez vous le style de vos albums?
J. Parra : On peut dire que ça ressemble à une fantaisie moyenâgeuse, une sorte de thriller construit comme un puzzle inspiré des mangas japonais, avec des actions qui partent dans tous les sens et qui se rejoignent pour donner la clef de l'énigme à la fin de l'histoire.

Vous m'avez dit que vous avez toujours eu envie de faire ce métier, mais qu'est ce qui vous intéresse, le dessin, le scénario...?
J. Parra : L'ensemble, j'écris le scénario, je dessine, je fais la mise en page, ce que j'aime c'est construire l'album de A à Z, de raconter une histoire en images. Dans ce cadre tout est important, la mise en page, le graphisme, la présentation doivent servir l'histoire, c'est le cas pour mes deux premiers albums ainsi que pour le troisième sur lequel je travaille actuellement... Je travaille également à la réalisation d'un jeux vidéo, n'ayant pas suffisamment de connaissance en informatique j'ai confié cette partie à un programmateur. Son travail à lui, consiste à mettre en place la mécanique du jeu, à le rendre attractif, dynamique, convivial. Tous ces aspects m'échappent, dans ce cas je me consacre au dessin, au graphisme.

Et votre goût pour l'enseignement?
J.Parra :
Autant que je me souvienne j'ai toujours aimé ça. D'où ça vient? Je ne sais pas vraiment, je me souviens que lorsque j'étais gamin j'avais du mal à comprendre l'attitude d'un de mes enseignants et j'ai dit à mes parents : "quand je serai prof, je n'agirai pas comme çà !"
J'aime transmettre, être utile, quand je vois mes élèves progresser, acquérir la maîtrise du dessin, cela me donne beaucoup de satisfaction.
La BD est un prétexte pour apprendre à dessiner, il faut tout faire, tout apprendre, la morphologie, la perspective, l'anatomie, les techniques d'écriture, le scénario... mes plus jeunes élèves ont moins de 10 ans, la plus ancienne 63.

Vous allez au festival d'Angoulême, c'est important pour vous?
J.Parra :
Une BD c'est un regard sur le monde, le contact avec les autres est très important pour atteindre la maturité, déjà à l'école, les enseignants, les autres élèves y participent. Mais il faut continuer à regarder autour de soi, à échanger avec les autres auteurs et avec les lecteurs. Même ici pour mes cours, j'invite des collègues auteurs pour que mes élèves rencontrent d'autres influences. Et puis j'ai des albums à présenter, des signatures...

Gérard Normand

Actualité de Julien Parra :
26 – 29 janvier 2012 : Festival de BD à Angoulême
1er février : dédicace à la médiathèque de La Valette
Jusqu'au 11 février : expo à la médiathèque de La Valette
7 février : rencontre avec le comité de lecture BD thèque à Six Fours
25 février : dédicace à la librairie Charlemagne à La Seyne

Atelier parallèle : www.atelier-parrallele.fr
Le site de Julien Parra :www.julien-parra.com



english deutsch italiano russian russian

Informations générales